Séisme au Népal

Faire un don

D’après le dernier communiqué des autorités du Népal (vendredi 1er mai 2015), le tremblement de terre du samedi 25 avril 2015 a fait au moins 6 204 morts et 13 932 blessés. Selon l’ONU huit millions de personnes sont affectées par ce dernier. Avec nos confrères qui sont déjà dans la région, nous aidons les victimes et les autorités dans les opérations de recherche et de sauvetage ainsi que dans l’acheminement d’aide médicale et de soins d’urgence.

Des milliers de rescapés sont en manque de nourritures, d’aide médicale, d’eau potable, de couvertures, d’abris… Aidez-nous à les soutenir !

Dans la capitale et ailleurs, de nombreuses familles dont les logements ont soit été détruits ou menacent de s’effondrer, dorment dans les rues, sous la pluie et dans le froid. Les rares magasins ouverts sont en rupture de denrées  et le seul moyen de trouver de l’eau est de patienter dans les longues files d’attentes qui s’étirent derrière les camions citerne. De plus, certaines zones montagneuses du Népal restent inaccessibles, les routes étant coupées. Le travail des secouristes est rendu plus difficile par le mauvais temps et les nombreuses répliques sismiques qui secouent le pays. « L’une d’elles, particulièrement forte (6,7 sur l’échelle de Richter), a été ressentie dimanche jusqu’à New Delhi, en Inde, et a déclenché de nouvelles avalanches sur les pentes de l’Everest et les sommets voisins », ont rapporté des témoins et l’institut de veille géologique américain (USGS). Les autorités tentent de fournir des abris aux milliers d’habitants de Katmandou – la ville en compte en tout un million – qui s’apprêtent à passer plusieurs nuits dans les rues dans un froid glacial et sous une pluie verglaçante.

Le gouvernement a prévu d’installer des tentes et de transformer écoles et bâtiments publics en abris pour les sinistrés, a déclaré Rameshwor Dangal, un responsable du ministère de l’Intérieur.

Ce séisme est le plus grave survenu au Népal depuis celui de 1934 qui avait fait plus de 8.500 morts. Son épicentre, localisé à mi-distance environ entre Katmandou et Pokhara, la deuxième ville du pays, était peu profond, seulement deux kilomètres selon l’USGS, ce qui a aggravé les conséquences. « Ce ne sont pas seulement quelques régions du Népal qui sont dévastées. Pratiquement tout le pays est touché », a déclaré de son côté Krishna Prasad Dhakal, chef de mission adjoint à l’ambassade du Népal à New Delhi.

Les hôpitaux de ce pays pauvre de 28 millions d’habitants ont été rapidement saturés, d’autant que les répliques sismiques ont conduit les responsables des structures de soins à ordonner des évacuations de patients, regroupés dans des tentes dressées à l’extérieur. « Nous n’avons plus qu’un bloc opératoire ici. Pour être en mesure d’intervenir sans délai, il nous en faudrait quinze. Je ne peux pas faire face », a déclaré le Dr Dipendra Pandey, chirurgien au National Trauma Centre de Katmandou.